top
Image Alt

Histoire du bijou

Les bijoux sont des parures destinées à orner le corps. Tête, pieds, poignets, bras, cou, oreilles, nez, lèvres, langues et même les parties intimes peuvent arborer un bijou qui leur est spécialement destiné. Chaque pièce peut avoir sa signification. Le port du bijou lui-même peut être associé à un statut social ou à l’appartenance à un groupe. Certains bijoux sont utilisés pour exprimer la richesse ou la force. De nos jours, les bijoux sont des accessoires de mode qui servent à mettre en valeur la tenue, à rehausser la beauté et à véhiculer une image de soi.

Les fouilles, les ouvrages anciens, les histoires et les traditions héritées de nos ancêtres attestent que le port d’un bijou s’est fait depuis la nuit des temps. La dimension socioculturelle qu’il occupe dans le quotidien de l’être humain n’a pas disparu, elle a seulement évolué. Découvrez dans ce guide l’histoire des bijoux à travers l’âge.

Préhistoire

Des coquillages découverts en Afrique du Sud portent des signes qui ont permis aux scientifiques de déterminer qu’il s’agissait de parures corporelles. Ils sont perforés et leurs facettes présentes des traces d’usures. Ces coquillages dateraient d’il y a 75 000 ans, ce qui a permis de conclure que les hommes portaient des bijoux depuis fort longtemps.

À la préhistoire, les parures étaient fabriquées essentiellement à partir de restes d’animaux (dents, cornes, ivoires, os, peau, etc.) et de coquillages. À cette époque, l’homme vivait de la chasse et de la cueillette. Il utilisait les parties non comestibles de leur trouvaille pour leur usage personnelle : abris temporaire, vêtement archaïque, etc. Les bijoux de cette époque consistent uniquement à assembler les éléments trouvés, il n’y a pas de travaux de transformation. C’est aussi ce qui se passaient avec les perles, durant leur première apparition durant le néolithique.

Ce fut lorsque l’homme commença à maîtriser le maniement d’outils et qu’il réussissait à fabriquer des instruments de plus en plus perfectionnés que les bijoux commencèrent à prendre une forme ouvragée.

L’antiquité

Le tournant de la bijouterie commence à la période de l’antiquité. Les bijoux connurent une grande révolution à la suite de la découverte et de l’utilisation du métal. A cette période, les grandes civilisations naquirent. Les armes et les outils se perfectionnent, les conquêtes de territoires d’autres peuplades étaient à leur apogée. Mais surtout, les bijoux prirent une place importante dans la culture. Ils servaient à évaluer la richesse, à glorifier les rois et les dieux, à accompagner les morts.

La bijouterie se développe avec la découverte de l’or. Ce métal qui ne rouille pas est considéré comme la matière suprême, la plus valeureuse. Les techniques d’orfèvrerie font leur apparition : le filigrane, la granulation et l’emboutissage. Les parures acquièrent une qualité de fabrication. Les types de bijoux se multiplient. L’or étant une des matières qui peut être utilisées pour le piercing.

Les fouilles effectuées en Egypte ont permis de mettre à jour les bijoux datant de 3000 ans avant Jésus Christ. Des pendentifs, boucles d’oreilles bracelets, bagues et d’autres ornements ont été exhumés des tombeaux royaux. La civilisation étrusque était aussi connue pour leur orfèvrerie. Quant au Romains, ils se démarquent par l’utilisation des pierres précieuses (émeraudes, saphir, des grenats …) dans leurs bijoux.

La bijouterie et l’orfèvrerie devinrent un métier à part entière. Ainsi, de nombreux bijoutiers s’installèrent dans le bassin méditerranéen. Le développement du commerce et l’échange entre les civilisations, grâce surtout à la navigation, ne font qu’affiner la technique de fabrication des bijoux et l’apparition de nouveaux styles. Parmi les civilisations qui se sont attachées aux parures en or, les peuples précolombiens occupaient la première place.

© Jacquie Aiche

Moyen-âge

En Europe, le bijou se développe à partir du Moyen-âge. Comme la population était sous la coupe de la royauté et du clergé, les bijoux étaient presque exclusivement réservés à la famille royale et aux religieux. Au XIIIème siècle, les lois interdisaient le port des ceintures faites de perles ou toute autre pierre précieuse, les artisans n’étaient pas autorisés à porter de l’or et de l’argent. Les métaux précieux et les pierres précieuses étaient réservés à la noblesse. Il fallait attendre le XVIIIe siècle pour que les bijoux commencent à se démocratiser.

La popularisation des parures n’a fait que du bien pour la bijouterie. En effet, une vague de production de faux bijoux a vu le jour à partir de 1760. Cela commençait en Angleterre avec la contrefaction de l’argent. Les faussaires utilisaient l’acier à la place de l’argent 925. Lors de l’accession de Napoléon au pouvoir, les bijoux ont retrouvé leur lettre de noblesse. L’empereur français a en effet obligé sa cour à porter du bijou avec leur tenue d’apparat.

© Amantys

L’avènement des bijoux fantaisie

La Première Guerre Mondiale fut un autre tournant dans l’histoire des bijoux. Les patriotes ont dû offrir leur or au gouvernement pour leur participation à l’effort de guerre. Les orfèvres, les bijoutiers et artisans furent réquisitionnés pour travailler dans les industries des armes. Ce fut alors que les matières moins précieuses telles que l’acier, le cuivre et l’aluminium entraient dans la fabrication de bijoux divers.

Le changement de statut de la femme dans la société a aussi contribué au développement de nouveaux styles de bijou. Les matériaux et les designs s’adaptent aux nouvelles tenues. Les nouveaux matériaux prennent le devant. Les bijoux fantaisie sont nés. Ce style est devenu une création à part entière. Après la Seconde Guerre Mondiale, le secteur de la bijouterie se divise en trois : la joaillerie, la bijouterie artisanale et la bijouterie fantaisie.

Poupée Rousse bijou

© Poupée Rousse

La joaillerie ou bijouterie de luxe fabrique des pièces en matières précieuses. Ces dernières sont éditées sous forme de collection en série limitée. La bijouterie artisanale fabrique des pièces uniques ou parfois en série limitée. C’est auprès d’un artisan-bijoutier que l’on peut commander une pièce personnalisée. La bijouterie fantaisie fabrique de nombreuses pièces en série. Elle utilise de matières de différentes sortes : tissu, plastique, cuir, métaux, perle, plumes, etc. Les bijoux fantaisies créent aussi des pièces destinées à différentes styles : rock, ethnique, vintage, rétro, …